Seoul Ballet
Contactez-nous : + 33 (0)1 42 33 05 42

Le Lac des Cygnes - Seoul Ballet

Le Spectacle

« La précision stupéfiante et l’attention portée aux détails stylistiques dont fait preuve l’Universal Ballet dans son interprétation du Lac des Cygnes pourraient faire rougir les plus grandes compagnies internationales »
Anna Kiseelgoff, The New York Times

 

Le Lac des Cygnes fut originellement créé à Moscou en 1877, sur une partition commandée à Tchaïkovski – la première de ses trois plus célèbres créations. Cette première production dirigée par Julius Reisinger fut un échec. Il fallut attendre la mise en scène de Marius Petipa et Lev Ivanov créée au Théâtre Maryinski, à Saint-Pétersbourg, en 1895, pour que Le Lac des Cygnes reçoivent le succès mérité. Au fil des ans, des changements furent apportés au ballet par l’équipe du Théâtre Maryinski. Les plus notables furent ceux de Konstantin Sergeyev en 1950.
La version dansée par l’Universal Ballet comprend également des révisions apportées par Oleg Vinogradov qui succéda à Sergeyev en tant que directeur de la compagnie de ballet au Maryinski.

 

ARGUMENT

Acte I – Scène I
Le jeune prince Siegfried fête sa majorité entouré de ses amis. Les festivités sont interrompus par l’arrivée de la Reine qui réprimande son fils pour son insouciance et l’encourage à considérer le mariage et à assumer les responsabilités du Royaume. Le jour suivant, au cours d’un grand bal donné pour son anniversaire, il devra choisir une épouse. A la nuit tombée, les invités prennent congés et Siegfried se retrouve seul. Il voit alors passer une nuée de cygnes et décide de les poursuivre muni de son arbalète.

 

Acte I – Scène II
Une volée de cygnes apparait près d’un lac. Ils sont en réalité tous de jeunes filles sous l’emprise d’un sort lancé par le terrible sorcier Von Rothbart : contrainte de se transformer en cygnes le jour et de reprendre forme humaine la nuit. Seul l’amour inconditionnel d’un jeune homme pour leur reine, Odette, pourra briser ce sortilège. Sous l’apparence d’une chouette, Rothbart rode au dessus du lac.
Siegfried arrive à son tour près du lac. Il aperçoit un cygne, s’apprête à tirer, mais il s’arrête aussitôt ; devant lui, le cygne se transforme en une magnifique femme, Odette. Siegfried tombe instantanément sous le charme de cette bouleversante beauté et, sans hésitation, lui jure un amour sans fin qui aura le pouvoir de rompre le sort de von Rothbart. A l’aurore, les jeunes filles sont contraintes de reprendre l’apparence de cygnes et Siegfried fait alors ses adieux à Odette.

 

Acte II – Scène I
Siegfried doit choisir une épouse parmi les jeunes prétendantes invitées au bal mais aucune d’entre elles ne parvient à lui faire oublier la belle Odette. Soudain, Rothbart fait irruption dans la salle de bal sous l’apparence d’un chevalier, avec, à son bras, sa fille Odile dont la ressemblance avec Odette est saisissante. Si Siegfried venait à tomber sous son charme, alors le serment prêté à Odette serait brisé et cette dernière condamnée à rester cygne pour toujours. Mais abusé par tant de ressemblance, Siegfried déclare son amour à Odile.
Alors que Rothbart et sa fille savourent leur victoire, un cygne blanc apparait à la fenêtre de la salle de bal et Siegfried, comprenant la supercherie dont il est victime, se lance à sa poursuite et se précipite, désespéré, vers le lac.

 

Acte II – Scène II
Les jeunes filles-cygnes ont eu vent de la tragédie survenue à Odette et attendent son retour près du lac. Siegfried apparait suppliant Odette de lui pardonner. Alors que ces derniers se remémorent le bonheur éphémère qu’ils ont pu éprouver, Von Rothbart surgit et tente de les séparer. Blessé, Siegfried tombe à terre et Odette, folle de rage, poursuit le sorcier au bord de la falaise. Von Rothbart tombe dans le lac et périt. Odette tente de sauver Siegfried, mais ce dernier meurt laissant Odette seule. Les cygnes s’envolent alors.